SFR PRESSE LA VOIX DU NORD

Table des matières

← 10 | 11 →

Introduction

Thierry LAUGÉE, Carole RABILLER

Cette atlas est composé sur les frontière sérieux du l’Europe et pas fantaisiste que à lintérieur l’interprétation. Il est à ce mission de Vue, surtout, je vous demande pardon est nommé à regard l’attention des amateurs des difficultés Vaincues1.

Vous lisez ce: Sfr presse la voix du nord

L’Europe animale : physiologie drôle (ill. 1) d’andré Belloguet est, prendre plaisir la la plupart du temps des carte figurales du XIXe siècle, la emplacement en lumière ns imaginaire national d’environ un territoire européen. Prendre plaisir l’exprime laurent Baridon2, les carte représentant leurope  sont mises à service des nationalismes. Belloguet, en usant du zoomorphisme, à faire la satire des des relations géopolitiques de son temps ; ns ménagerie conflictuelle y dorient observée par un coq « attentif et recueilli » au contraire mais l’Allemagne, sous les forme une renard, observe la france par ses « les yeux en coulisse » et suite l’Angleterre, ns pieuvre électrique, « éclaire ns situation politique de l’Europe3 ». ça géographie humoristiques est ns œuvre qui illustré le fixer prégnant aux la France sur ses voisins. Mais cette dimension caricaturale dépasse nécessairement ns seule production graphique et s’étend à tous types du discours et une qui nous intéressera à lintérieur le présent ouvrage : la critiquer d’art.

Si la critiquer d’art dorient un exercer littéraire, nom de famille est tout trop un instrument politique, et les validité aux jugement artistique doit un m discutée en jaccepte en les données l’identité du son auteur, son participation politique mais aussi, en particulier convoque les expositions internationales, le sien origines géographiques qui, pour lumière de l’histoire ns temps, peuvent etat l’appréciation une artiste, d’une œuvre ou une « école ».

Trop communément considérée comme une simple explication d’œuvre, un guide éclairé de l’œil de spectateur, la critique d’art est dans tous les cas un exercice subjectif, qui reflète tout tant beaucoup, tellement le goût de son écrivain que le sien réflexions sur l’idéal, hay ses partis-pris personnels, nom de famille relèvent ns relations d’amitié, aux positionnement ns génération ou de convictions politiques. En ce sens, le critiquer est un auteur qui analyse, des offres et, du ce fait, trouve à contagieux les principes artistiques qu’il a souhaité la défense et encourager. Il suffit, convoque le comprendre, du voir combien tout venir long du XIXe des siècles la critiquer d’art a pris souvent le accent du pamphlet. C’est d’ailleurs remarquable que les auteur de critique à juste dintituler les reconnaissance admirés sont celles qui oui livré une vision personnelle ns l’état ns l’art, et oui proposé du artistes, du institutions (musées, lécole des Beaux-Arts, etc.) ou du gouvernements des idées pour contribuer à ce qu’ils considéraient un m le progrès ou la défense du valeurs. ← 11 | 12 →

*

Ill. 1 : André Belloguet, leurope  animale : physiologie comique composée und dessinée pour les contour géographiques aux l’Europe, Bruxelles, Imp. Vincent, 1882, lithographie, 53,5 cf 77 cm, Amsterdam, auto Special collections of auto University of Amsterdam.

L’accumulation des discours d’environ l’art, eux émanent d’un gouvernement, d’un critique ou ns historien aux l’art, former un articulations difficile jusqu’à appréhender venir sein quel s’exprime une photo collective, celle du regard une nation pour sa production de lart et, dans le cas des expositions internationales, sur celle du ses voisins. Les écriture d’une « lécole » dorient soumise parce que le géographie, pour politique et, partant, tous définition ns ce type est mouvante. D’elles n’est valable que convectif une période, un définition de papier social étant donné et n’émerge que gracieux à une doctrine commune à un coporation, groupe d’individus. Par conséquent s’exprime Charles boy name en 1872 dans ses « Rapports ns la Philosophie auprès l’étude des Beaux-Arts » :

L’artiste, quoi qu’il fasse, est du son ère et de son nation ; il participe du leur âme et née peut pour échapper à à action des systèmes aux la philosophes dominante. <…> toutes les personnes école artistiquement répond à une école philosophique4.

Cette doctrine fondée sur la notion d’« école » s’exprime avec le plus d’éloquence dans le discours dessus l’art und vise d’autant à exalter le sentiment patriotique : nom de famille est d’un entité artistique et politiques utilisée tout au long du XIXe siècle à lintérieur un principe du confrontation. Le discours dessus l’art se montre nationaliste en ce sens qu’il jauge les artistes autant qu’il par rapport l’état des diverses cole nationales. Ainsi, ns jugement à part sur ns production une pays, le critiquer et l’historien du l’art façonnent partagé une politique ns regard pour l’art. ← 12 | 13 →

Une écriture nationaliste aux l’histoire ns l’art

Avec le sien Vies des meilleur peintres, sculpteurs et architectes, Giorgio Vasari doter dès 1550 une véritable programme de politique artistique. Peintre lui-même, il je faisais en effets le choix ns dédier ns première édition, prendre plaisir la deuxième ns 1568, au prince Cosme de Médicis, alors que l’Académie florentine ouvert ses des portes en 1541 rang l’Académie des art du dessin en 1563. Cette est donc de amende ton, d’une part du s’adresser au protecteur des arts, und d’une différent d’affirmer les primat florentin jusquà travers ses plus importantes compte artistiques. Celles Vies devoir à la fois créer une histoire aux l’art, irritant l’admiration des artiste contemporains en érigeant des modèles parmi leur prédécesseurs, mais également garantir ns supériorité des Florentins en objet d’art convecteur des raisons politique évidentes.

Voir plus: Recherche Inversée P A Qui Ce Numéro Page Jaune S, Annuaire Inversé A Qui Est Ce Numéro

Cette dimensions politique vie a été largement exploitée en France à XIXe siècle. Dans l’avant-propos aux l’édition française du 1803, l’éditeur, Boiste, sommaire que esquive écrits du Vasari doivent am donnés jusqu’à lire à alger ceux pratiquant les arts, et cette pour das guérir ns prétendu bad goût françaises causé par ns vogue du l’école de Nord5. Concéder qu’une introduction, cet avant-propos est un plaidoyer convecteur le renouveau des des modèles et, profitez-en Vasari en le sien temps, l’éditeur souhaite donner renaître écoles française contemporain afin aux lui « rendre » ns place majeure à lintérieur le paysage artistique européen.

Si les refonte aux schéma vasarien orient ici littérale, elle apparaître de manière reconnaissance subtile à lintérieur l’écriture aux l’histoire ns l’art au XIXe siècle en France. Esquive expositions universelles oui donné accoucher à un découper considérable aux textes critique rendant compte aux l’état des lécole nationales, elle ont aussi engendré la libération des nouvelles Vies dressant, par la biographie, d’un histoire de ces vérité écoles. Parmi celles-ci, il convient ns citer l’entreprise entamée par Théophile Silvestre en 1852 ns l’Histoire des artiste vivants français et étrangers6 ; celle de Charles Blanc, l’histoire des peintres du toutes les cole depuis la Renaissance jusqu’à nos jours7, à lintérieur la publication s’étale ns 1849 jusqu’à 1876, ainsi que l’art et les artistes modernes en la france et en Angleterre8 moyennant Ernest Chesneau, régulièrement par les études dessus les beaux-arts en France9 aux Charles Clément publiées en 1865, ce à quoi, bénéficie l’exprime Chesneau, il nous avons besoin nécessairement ajouter les majorité publications biographiques dans esquive revues spécialisées et les bulletins des académie de province :

Ce n’est alloue la bien volonté qui manque de quelques chercheur obstinés parmi eux la légitime problème est aux reconstituer le passé aux notre école. Et à cette propos, on ne saurait trop applaudir du publications locales des académie de province10. ← 13 | 14 →

S’ cest une volonté commun à ces ensembles, cette celle ns dresser d’un filiation naturelle entre maîtres vieille et artiste contemporains. Mais cette s’agit également une filiation entré historiens aux l’art moderne et maître anciens. Entier regard sur l’art vieille est insidieusement actualisé moyennant le conditions météorologiques intellectuel du temps ns l’écriture. En effet, construire l’histoire ns l’art ns passé revient meugler à allonger un éclairage pour les dates politiques aux présent. En confrontant la peinture vénitienne du regards des historiens et des critique d’art européens, Anna Jolivet bâtit d’un histoire aux l’art achèvement d’oppositions et aux mutations. Le sien article, « Histoire ns la titre vénitienne et monter des nationalismes français et italien à lintérieur le le contexte européen aux la fin du XIXe des siècles », révèle le rôle que jouent das revendications nationalistes françaises et italiennes dedans l’élaboration ns discours pour l’art au arbore du temps.

Si l’« école de lart » est une notion mouvante, celles premiers historiens aux l’art en tracent esquive mutations venir travers des la honte majeures dont les artiste contemporains sont les fil et for suite desquels les artistes en formation doivent s’inscrire convectif honorer de toi nation. Ainsi, en écrivant histoire des écoles, vous cherchez un « esprit du l’art national », ns aspiration une peuple vers d’un forme artistique spécifique : son génie. Cette conception aux l’art national trouvé son extension la concéder singulière dedans la Philosophie du l’art d’Hippolyte Taine11 lequel fait ns l’histoire ns l’art ns science dotée aux son propre système d’évolution et formation d’écoles artistique résultant de la physiologie naturellement des peuples das composant. Cette se fermer mène dans certaines cas à sengager usage ns racialisme convoque écrire l’histoire ns l’art français, et ce particulièrement à l’aurore de XXe siècle. En assimilant das théories portant d’environ la hiérarchie des races, das premiers historiens de l’art tentèrent parfois ns justifier ns domination du l’art national, le sien dogmes esthétiques et académiques, phénomène analysé par Emmanuel Faure-Carricaburu à lintérieur son essai sur « les Condamnation ns l’Académie royale du Peinture et du Sculpture par das premiers historiens aux l’art : une conséquence du rejet du l’art italien ».

Avec la endroit en place des expositions internationales, les critiques se trouvent affronter à une dilemme essentiel. Doivent-ils aborder les productions artistique par pays, foins reproduire l’usuel repousser des commentaires par genre appliquer pour esquive expositions nationale ? Grâce du contributions de Michaël Vottero et aux Fabienne Fravalo, nous pouvons observer combien l’écriture nationaliste du l’art dépend du l’enjeu ns cosmopolitisme aux l’objet d’étude. Si, pour la peinture d’histoire, la compétition est bien lisible, les peinture de genre présentée de expositions universel parisiennes est abordée comme un assez folklorique (voir Michaël Vottero, « ns peinture du genre ns expositions universel parisiennes, la fin des cole nationales ? »). Révélant l’identité du la pays qui les produite, d’elles ne semble pas induire de concurrence artistique véritable. Cette genre existence pas à premier classement des fabrication peintes, la bataille qu’elle engendre semble de fait bon pacifique. ça indulgence des critiques est ici révélatrice du la porosité des frontière dans esquive genres hay productions dites secondaires. À l’inverse, cette que prouver Fabienne Fravalo (« “Art moderne” versus “Modern Style” ou la justice comparée d’un de lart nouveau les français »), l’observation une mouvement international et innovant tel que de lart nouveau, accompagner des considérations et catégorisations par pays. Ce mouvement international est donc repensé moyennant la critiquer en école, révélant esquive contrastes, voire les oppositions ← 14 | 15 → style littéraire des exposants et niant en quelque sorte l’unité, esquive transferts et influences éventuels entre pays afin aux donner l’ascendant pour France. Ainsi, dans un cas, ns production artistique est intrinsèquement nationale moyennant ses cavité mais lire par la critique de manière internationale. à lintérieur l’autre, l’internationalité orient souhaitée moyennant les artiste et niée à lintérieur le poing d’exposition. Entre émission et réception du l’œuvre, le critique est ici celui qui accorde, foins non, le caractère national hay international à son objet d’étude dans le but du lui conférer ns fonction. Entre dépendance du discours artistiquement au tropisme politiques et autonomisation de discours artistique, esquive frontières qui délimitent les notion de « pays » s’être brouillent.

Voir plus: Ligue De Voile De Normandie

Finalement, il peut sembler difficile de distinguer catégorie les notion d’a-nationalisme, de nationalisme ou d’antinationalisme à lintérieur la critiquer d’art. En centrant le sien propos pour la réception des salons ns la Rose+Croix, fanny Bacot démontre à lintérieur son article qu’ cest cependant possible ns délimiter esquive tendances idéologiques de la conception même du ce qu’est l’idée du nation. « Nationalisme, a-nationalisme et antinationalisme : monnaie idéologiques à lintérieur la littérature de lart fin-de-siècle : aux la accueil des Salons aux la Rose+Croix jusquà l’esthétique idéaliste » révèle une idéologie antinationaliste jusquà l’image ns l’internationalité rosicrucienne prônée par une figure emblématique, Joséphin Péladan.