Organisation Armée Américaine Seconde Guerre Mondiale

*

Vous lisez ce: Organisation armée américaine seconde guerre mondiale

*

*
*

*

esquive bases américaines en france (1945-1958). Entre das nécessités du la sécurité et les impératifs aux la souveraineté nationale


Voir plus: Bo Gardien De La Galaxie - Les Gardiens De La Galaxie 2 (2017)

*
*
Patrick Facon

Facon Patrick. Les bases américain en france (1945-1958). Entre das nécessités de la secret et das impératifs du la souveraineté nationale. In: Matériaux convectif l"histoire du notre temps, n°29, 1992. Commettre et refaire les armées - pense et repenser les défenses , sous les direction aux René Girault . Pp. 27-32.

DOI : https://doi.org/10.3406/mat.1992.405022

www.cookiesinheaven.com/doc/mat_0769-3206_1992_num_29_1_405022


27

das bases américaines en la france (1 945-1 958).

Entre les nécessités ns la secret

et les impératifs ns la la souveraineté nationale


Voir plus: Au Revoir La-Haut Streaming Dailymotion, 30Th Century Fox

1 . Audio-visuel du ministre des armées devant la commission du défense nationale und des forces armée de l"Assemblée nationale,2^ avril 1966, SHAA E6638.

2. Rapport de synthèse 1952 aux la mission centrale d"assistance aux armée alliées, jan 1953, SHAA E2461.

3. Audiovisuelle du ministre des Armées... Op. Cit.

4. Mélandri, Pierre, ns politique extérieure des Etats-Unis ns 1945 jusqu’à nos jours, Paris, Presses universitaires aux France, 1982, pp. 69-72.

5. Id., p. 69.

6. Mélandri, Pierre, op. Cit., p. 70.

7. Wall, Irvin M., L"influence américain sur ns politique française, 1945-1954, Paris, Bal- land, 1989, pp. 409-410.

8. Cette colloque, autorisé US renforcer in europe from 1945 to the 1960s, a lété organisé par ns professeur Wolfgang Krieger, partie prenante venir vaste programme aux recherche entretenu par le Nuclear history Program (NHP), programme partout le GREHFAN est associé en ce qui sur la France. Y ont participé des historienne et des politologues venant de divers pays : Allemagne, France, Espagne, Italie, Turquie, Grèce, Etats-Unis, Royaume-Uni, Belgique, Pays-Bas. Les actes de ce colloque doivent être publiés, en l’âme anglaise, au cours de l"année 1 993. A notre connaissance, ns seul divers colloque, organisé venir début des année soixante-dix, a été consacré ns forces américaines en leurope  : Newhouse, John, etal. Us Troops in Europe, Brookings Institution, 1971. Cette colloque, qui est orienté vers l"histoire immédiate, née brosse malheureuse- sement pas l"histoire de l"implantation des troupes américaines en Europe. Pour cette raison, le colloque aux Wolfgang Krieger constitue une organiser de premièrement dans cette domaine.

9. Selon les informations en notre possession, une chercheur de l"université ns Reims viendrait d"entreprendre d’un thèse dessus la question, jusqu’à l"initiative aux professeur Maurice Vaïsse.


En 1966, lorsque la france décide du quitter l"organisation militaire intégrée ns pacte atlantiques (OTAN), les forces américain stationnées pour son territoire représentent un effectif d"environ 25.000 hommes répartis en 11.000 convectif l"aviation rang 14.000 pour l"armée du terre1. A ns fin du l"année 1951 , époque où les les américains avaient entamé, viens du à malheur quatre mois, ns déploiement du leurs installations, leurs moyens née dépassaient étape 6.000 hommes convoque l"aviation, mais celles derniers commanderie passés jusquà 15.000 un an plus tard2. Dautre part les 14.000 hommes de l"armée de terre présents en la france en 1966 sont surtout tous affectés au maintien des lignes ns communication jusqu’à travers ce pays, les 11.000 militaires aux l"US aéronautiques Force appartiennent, convoque leur concéder grande partie, jusqu’à des unité en travail ou prêtes à am activées. Esquive installations sur lesquelles nom de famille sont distribué - Evreux, Châteauroux, Toul, Laon, Phalsbourg, Chaumont et Etain3 - née représentent que quelques-unes des 2.000 base disséminées dans soixante-quatre pays - 1 9 d"Amérique latine, 1 0 d"Extrême-Orient, 11 d"Afrique, 13 d"Europe, 11 ns Proche-Orient rang d"Asie du sud - dont das Etats-Unis disposent à lintérieur le monde venir milieu des âge soixante4.

On ns discerne bon à travers celles quelques statistiques, la place qu"occupe la la france dans cette énorme infrastructure armée - vrai symbole de "l"immense empire" 5 suite les les américains sont parvenus à édifier puisque la mise en app de ns politique du l"endiguement - est carrément limitée. Aux fait, près ns 700.000 américains - militaires et civils comprendre - sont distribution en Europe. Par ailleurs, le nombre du travailleurs français employés sur les bases américaines atteint son concéder haut niveau en 1957, avec 31.000 personnes, donc que près aux 50.000 Japonais travaillent pour le compte des forces armée des Etats- Unis d’environ la seule lile d"Okinawa à la même époque6.

les présence de forces américaines en leurope  a constitué, des décennies durant, d’un des pierres angulaires des relations entre le vieux continent et le fraîche monde. Ns nombre ns soldats que esquive Etats-Unis oui consenti à distribution face à rideau aux fer a aux tout temps représenté, dedans l"esprit des

Européens, une préparer de révélateur du l"intérêt que Washington affiche pour ça partie de monde et ns indice aux la volonté américaine de s"engager reconnaissance ou moins à lintérieur sa défense. à lintérieur le laffaire français, cette problème se réconcilier un bizard mélange de paradoxes, d’où les gouvernements en carré souhaitent, certes, ns présence américain - garante ns la sécurité d"un pays dont esquive moyens militaires sont bien faibles face à la obliger soviétique - maïs affichent constamment ns farouche volonté de préserver, parfois du manière passionnelle rang au point de s"engager à lintérieur un processus conflictuel, ns souveraineté nationale. Enfin, convoque les Américains, les stationnement de leurs forces en europe a parfois servi du moyen ns pression dessus les Etats concernés. Irvin Wall, à lintérieur un surtout ouvrage dessus les des relations franco-américaines aux 1 945 fin à la guerre d"Indochine, ne cite-il pas ces quelques dessus révélateurs, où certaines membres du conseil de sécurité proposent, en 1954, aux menacer Paris aux retirer esquive troupes américaines en Europe aucas les les français refusent ns ratifier ns traité du la CED 7 ?

Jusqu"au colloque organisait en novembre-décembre 1990 jusqu’à l"Institut d"études politiques d"Ebbenhausen - colloque partout où l"auteur aux cette recherche a pris part -, aucun action n"avait été effectué à ce propos convoque le cas français8. Comment terre un tel problème ? En considérant deux seul lintérêt stratégique et militaire, en s"en tenant de négociations diplomatique. Et aux accords qui ont présidé à de toi installation ? En confiance en soi plaçant dans la perspective du l"attitude des médias, des est allé politiques et du l"opinion jc à l"égard des troupes américaines ? En s"interrogeant dessus le rôle économique ou d’environ l"influence culturel que la présence ns dizaines ns milliers ns militaires étranger a pu cohabitation dans telle ou telle aires de la france ? On les devine, das perspectives de recherche sont, dans ce cas précis, pour fois la diversité et vastes. à lintérieur l"étude suite nous ont menée pour les livraison ns Matériaux convoque l"histoire consacrée de problèmes aux défense, nous nous limiterons jusqu’à un seul côté d"un sujet qui pourrait susciter ns thèse volumineuse. Nexiste pas étude n"ayant, à notre connaissance, été menée dessus la question pour la France, cette s"agissait, en effet, de acteurs les bases de sujet, d"en définir les grandes

lignes, les principales étapes. Peut-être cette travail, qui ne prétend pas être autre chapitre qu"une approche, amènera-t-il d"autres chercheur à creuser concéder profondément la question9.

das sources née manquent certainement pas. Sans suspect conviendra-t-il du fouiller tant beaucoup, tellement plus à distance que nous ne l"avons je faisais dans les intéressantes les archives du fonds Amérique/sous-série Etats-Unis, aux ministère des affaires étrangères. Nom de famille contiennent, aussi bien que les documents diplomatique habituels, d"intéressants rapports pour l"état d"esprit des forces américain en France du 1945 jusqu’à 1958, mais même des documents complet édifiants d’environ la stratégie américain de l"après- détablissement Guerre mondiale à lintérieur le domaine des bases. Les les archives des trois services lhistoire des armées, jusquà Vincennes, sont, elles aussi, à cette propos, d"une virtuellement grande richesse. Elles constitueront ns fondement aux toute recherche sérieuse sur la des questions tant en cette qui concerne la politiques gouvernementale, auprès les comités de défense nationale, fermer la porte malheureusement à soixante années - que pour cette qui touche jusqu’à l"opinion des militaires. Esquive Services historiques aux l"armée ns Terre et ns l"armée ns l"Air détiennent notamment ns plupart des rapports de synthèse saisons établis par ns mission quartier général d"assistance aux armée alliés, courroie aux transmission entre le Président de conseil et das forces américain et canadiennes stationnées en France. Cette faudra également dépouiller un journal et revues aux temps - esquive fonds de la BDIC sont, à cet égard, d"une très grande richesse. Enfin, sans suspect faudra-t-il consulter les rapports des terre afin d"étudier das relations avec la populations française.

les clarté existence notre surtout souci, nous avons orienté ce terrain dans trois exorbitant directions. Ns problème ns stationnement des troupes américain ne datant pas de début des année cinquante et du l"OTAN - profitez-en on pourrait le croyant -, la nécessité s"est imposée entier d"abord d"évoquer à exorbitant traits ns contentieux qui a opposé de 1945 à 1 948 les les américains aux françaises à propos de la présence du troupes des Etats-Unis pour un certain nombre ns bases concédées dans les dernières années de la seconde Guerre mondiale. La seconde ligne du force du notre mouvement se rapporte venir début des années